Langue Préférée

User Functions

METIS

Type d'outil : 
Activité
Durée: 
90-120 min
Sujets abordés: 
Apprentissage interculturel
Citoyenneté
Migrants

METIS permet de croiser 3 méthodologies : la démarche interculturelle, l'éducation populaire et les pratiques socio-artistiques afin de permettre aux jeunes issus de réalités, parcours différents de se rencontrer, de s'exprimer et de créer ensemble.

But: 

L'outil METIS permet d'aborder les 3 méthodologies (démarche interculturelle, éducation populaire et pratiques socio-artistiques) pour mettre en action des groupes de jeunes "mixtes" (jeunes autochtones et jeunes issus de parcours migratoires) : leur permettre de se rencontrer, de s'exprimer sur leurs réalités et de construire des créations artistiques collectives afin de partager leurs messages.
Il ne sera pas possible d'approfondir l'ensemble de l'outil METIS durant l'atelier mais plutôt d'aborder une ou deux facettes en fonction des attentes des participants à l'atelier.

Méthodologie: 

- L’éducation permanente/populaire :
Pour rappel, l’éducation populaire est un processus qui permet d’agir par, pour et avec les gens en vue d’une émancipation et de changements sociétaux et culturels.
L’éducation populaire comporte généralement trois phases d’approche des projets :
Le VOIR : phase d’observation
Que pouvons-nous observer, dire de la situation des jeunes demandeurs d’asile (scolarité, participation à la vie locale, fréquentation des MJ, etc…) ?
Que pouvons-nous dire de nous-même par rapport à cette situation ? Où nous situons-nous ? Sommes-nous en contact avec les demandeurs d’asile, etc… ?
Le JUGER : phase d’analyse et de prise de position
Comment pouvons-nous expliquer ce que nous avons observé ? Quelles sont les causes ?
Ensuite, quelle hypothèse décidons-nous de retenir ? Comment nous positionnons-nous face à ces constats ?
L’AGIR : phase d’action
A partir de nos constats et de notre analyse, comment allons-nous agir ensemble ?
Il va de soi que ce processus est bien circulaire et non linéaire. En ce sens, les participants seront continuellement amenés, si nécessaire, à effectuer des « allers-retours » entre ces trois phases.
Cette méthode est partagée par l’ensemble des animateurs du projet.

- La démarche interculturelle (selon la psychosociologue Margalit Cohen-Emerique) :
Il existe trois étapes à mettre en œuvre afin de favoriser l’approche, l’attitude et la compétence interculturelle.
Dans un premier temps, les jeunes des MJ et les demandeurs d’asile, seront amenés par leurs animateurs et de manière séparée à réaliser la phase de DECENTRATION. C’est-à-dire à comprendre ce qui fonde leur « identité » en termes de valeurs fondatrices, de cadres de références. Plusieurs outils dont « les chocs culturels » et les « incidents critiques » sont à privilégier car ils permettent, au travers de ce qui nous choque chez l’autre, de prendre conscience de ce qui nous a construits.
Dans un second temps, les jeunes seront amenés à prendre conscience du CADRE DE REFERENCE DE L’AUTRE (les jeunes des MJ vers les demandeurs d’asile et inversement). Nous porterons notre attention plus particulièrement sur les identités liées aux trajectoires migratoires et sur la notion « d’intégration » et « d’acculturation ».
Enfin, la dernière étape appelée NEGOCIATION se réalise ensemble. Elle propose, en l’occurrence, par le biais de la création de la rencontre entre les deux groupes de jeunes de permettre une compréhension mutuelle visant les valeurs de respect, d’égalité et de solidarité dans le cadre de ce projet, cette dernière étape prendra la forme de diverses créations artistiques communes.
Il est évidement nécessaire de garder à l’esprit que toute médiation ou négociation culturelle a ses limites. Elle ne peut notamment pas pallier aux dysfonctionnements sociaux et à l’inadéquation des institutions devant les besoins de certains types de populations.
Cette méthode a été travaillée en amont avec les animateurs du projet de manière à concevoir une approche commune du projet.

- les pratiques artistiques :
Par l’action culturelle et artistique, les jeunes « autochtones » et les jeunes migrants seront amenés à se rencontrer, à échanger et donc à partager leurs cultures et découvrir leurs richesses mutuelles. De même que par la mise en projet et la création, ils seront amenés à porter des messages collectifs qui valorisent la rencontre avec l’autre, ses compétences, ses atouts, son humanité. De plus en plus, des formes de sociabilité à contre-courant se développent notamment via les pratiques artistiques dans les groupes, collectifs jeunes. En ce sens, ces « groupes de jeunes » ne se définissent pas par leur caractère multi/interculturel et antiraciste qui leur est intrinsèque mais bien par le projet artistique qu’ils développent ensemble.
Les jeunes ont bien entendu le choix de la technique d’expression qu'ils veulent travailler et, à l’intérieur de celle-ci, avec l’intervenant, seront les co-auteurs de la création. Nous faisons le choix collectivement de ne pas imposer aux jeunes de s’exprimer, à travers leurs créations, sur les questions de l’asile et de la migration mais plutôt de les amener à vivre l’expérience interculturelle qui va obligatoirement retentir dans leurs créations.

Étape par étape: 

tout dépend du choix des participants
- le jeu des chaises : est une animation en plusieurs étapes qui permet aux participants de visualiser concrètement les mouvements migratoires dans le monde. Le groupe se déplace / le groupe se confronte à la réalité des chiffres / le groupe échange sur l'écart entre ses représentations et la réalité.
- animation à la démarche interculturelle : permet aux participants d'échanger sur leurs propres cadres de référence et à prendre du recul sur ceux-ci. Les participants choisissent une affirmation qui leur correspond et l'animateur anime un échange sur les choix des participants.
- jeu "animateur de choc" : est un jeu de cartes qui reprend les "règles" de la création artistique collective. Il permet aux participants, en petits groupes, de faire un aller-retour avec leur pratique pour identifier ce qui est mis en place / ce qui manquerait éventuellement dans leur action avec les jeunes.

Matériel et ressources: 

selon les attentes des participants, nous pourrions proposer
- le jeu des chaises qui permet d'aborder les migrations internationales - matériel : autant de chaises que de participants, tape, grande salle - durée : 1h15
- une animation à la démarche interculturelle - matériel : grandes feuilles, marqueurs, tape - durée : 45 min
- le jeu "animateur de choc" qui permet d'aborder tous les éléments à considérer dans la mise en place d'une création artistique collective avec des jeunes - durée : 1h15

Résultats: 

- donner à voir la plus-value de la combinaison des trois méthodologies dans le travail avec des groupes de jeunes "mixtes"
- aborder des outils concrets pour préparer le travail avec des groupes "mixtes"
- échanger sur la "transférabilité" des outils dans la pratique

Évaluation: 

METIS a été construit suite à plusieurs expérimentations (projet avec les jeunes) mais l'outil en tant que tel vient d'être finalisé et sera exploité dans les mois à venir.
L'inconvénient est qu'il ne correspond pas à un format atelier (1h ou 2h) puisqu'il est destiné à une formation longue (plusieurs journées) de manière à aborder les 3 méthodologies de manière plus approfondie.

Notes pour une utilisation ultérieure: 

-

Rating: 
0
Aucun vote pour le moment
Partager cet outil via

RESPONSABILITÉ: SALTO-YOUTH EuroMed ne peut être tenu responsable de l'utilisation inappropriée de ces outils de formation. Toujours adapter des outils de formation à votre objectifs, au contexte, au groupe cible et à vos propres compétences! Ces outils ont été utilisés dans une variété de formats et de situations. Veuillez aviser SALTO-YOUTH EuroMed si vous connaissez l’origine de l’outil ou avez connaissance de droits d'auteur sur l'outil.

Toolbox Statistics

1,133

Utilisateurs
14,879

Visites
612

Outils